Les relations presse : faisons enfin du sur-mesure

Ptitlylicommunication, entrepreneuriat0 Comments

Parmi les activités que je propose, les relations presse sont une demande importante de mes clients.

Pourquoi veulent-ils tous faire des relations presse?

Parce ce que le budget est beaucoup moins important que l’achat d’une publicité. Cependant, l’espace publicitaire est programmé avec une taille définie, un visuel attractif et le client choisi le contenu qu’il souhaite valoriser.

Les relations presse quant à elles sont beaucoup plus hasardeuses, pas de date de publication précise, des parutions à 6 mois voir un an quand le journaliste accepte de diffuser l’information que vous lui avez envoyée et son traitement dépend de l’axe éditorial qu’il aura finalement choisi.

Une information en temps réel assis derrière son écran

Nous sommes inondés sous une masse d’information que nous n’avons plus besoin d’aller chercher. Un flux incessant de « news », « posts », « tweets » juste devant nos yeux sur l’écran de notre ordinateur, mobile, tablette, montre…

Et le journaliste dans tout ça ? C’est pire !

En plus des informations qu’il doit traiter quotidiennement, il est noyé sous des communiqués de presse, dossiers de presse, invitations… enfin tout ce qui fini par presse et qui lui est destinée en exclusivité, quelle chance !

Oui, mais non.

Des envois de masse sans qualification avec une information générique ne sert à rien et fait perdre du temps à tout le monde.

Alors comment faire ?

Je ne suis pas la magicienne des relations presse pardon des relations médias… Comme beaucoup d’attachés de presse, j’ai du mal à capter l’attention des journalistes et je l’avoue.

Je viens de dévoiler le nouveau terme à la mode « relations médias »… Pourquoi passer des relations presse aux relations médias ? C’est très simple, les attachés de presse travaillent avec tous les médias : presse, tv, radio et web d’où le nom « relations médias ». C’est un terme juste cependant seule les agences l’utilisent et l’important c’est notre client non ?

Je me ressaisis, nous parlions de solutions pour capter l’attention de notre principal relais d’information : le journaliste.

Plutôt que de répondre à un besoin qui n’existe pas, essayons de comprendre ce que veut la presse. Selon le support, le sujet de notre communiqué de presse ne peut pas être abordé de la même façon.

Alors on oublie tout de suite l’envoi de masse grâce à notre abonnement magique à Datapresse ou Hors Antenne.

On cherche, on sélectionne, on fait de la veille et on trouve la bonne personne pour recevoir notre information. Ca sera déjà du temps gagné sur les relances et ne pas entendre « non non ce n’est pas moi que vous devez contacter mais plutôt… ».

On ne cible pas 50 journalistes, en calculant des statistiques de retombées potentielles ou pour rassurer son client.

En limitant nos envois, tout le monde gagne du temps, le journaliste car ce mail là peut vraiment l’intéresser et l’attaché de presse sur les relances.

Et pour l’axe éditorial, on fait quoi ?

On axe en fonction de l’information que souhaite communiquer le client mais aussi en fonction du support de presse que l’on cible.

Parler en termes de thématiques et non de nombre de communiqués de presse.

Je prône la personnalisation du contenu. Evaluons les besoins et les attentes du journaliste avant de lui envoyer quoi que ce soit. Prendre son téléphone avant d’appuyer sur envoyer en se disant « bon ça c’est fait, maintenant je croise les doigts pour qu’il se passe quelque chose… » sous-entendu un bel article sans aucune relance…

Pour différencier mon communiqué de celui de mon concurrent, je vais faire quelque chose de joli… hum la beauté, ce n’est pas trop subjectif ?!…

Faisons simple et clair avec un logo identifiable et pas une pièce jointe qui va peser plus lourd que mon dernier album photo.

Et le plus important, la rédaction, un discours simple bien écrit pas truffé de fautes d’orthographes.

Tout ça fera déjà la différence.

Allez bon courage !

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *